Typ om te zoeken

Geen onderdeel van een categorie

Bénévoles: pas en remplacement mais en prolongement des soins

Delen

“En Flandre, près de 1,2 million de personnes sont actives comme bénévoles. On aurait tendance à croire qu’ils sont moins nombreux qu’avant, mais rien n’est moins vrai. Certes, le contexte de la société a complètement changé au cours des 20 dernières années. Avant, l’engagement était lié à l’un ou l’autre pilier, de génération en génération, parfois même à vie. Dans le contexte actuel, l’accent est mis sur la flexibilité, le travail sur mesure, la liberté de choix, la participation, etc. Ce contexte sociétal se traduit par un engagement bénévole similaire, lequel se heurte parfois à la demande des organismes de soins qui tablent souvent sur du travail bénévole à des jours fixes et des heures fixes. C’est pourquoi les structures des organismes de soins devraient bien plus jouer la carte de cet engagement flexible.”
 
Politique et accompagnement
“La politique de bénévolat est directement liée à la vision de l’organisme. Cette vision permet en effet de déterminer les tâches pouvant ou non être assurées par des bénévoles, les compétences requises, les conditions annexes pour effectuer les tâches, etc. Certains établissements sont déjà heureux quand ils parviennent à attirer des bénévoles, mais ils n’osent pas les guider ou leur demander de prendre des responsabilités. C’est une approche erronée, car les bénévoles se sentent ainsi abandonnés à leur sort.”
 
Approche personnalisée
“Dans le contexte d’une société en mutation, il convient d’aborder les bénévoles sur mesure et avec flexibilité. Des organisations telles que ‘Music for life’ et ‘Kom op tegen kanker’ ont d’ailleurs bien compris ce message. Les bénévoles qui s’engagent pour ces organisations ont la liberté d’effectuer des tâches au niveau local et à leur propre rythme.”
 
Oublier le merle blanc
“Les organismes de soins recherchent trop souvent des merles blancs, alors qu’il est plus efficace de constituer un réservoir auquel faire appel lorsqu’on a besoin de bénévoles. Les bénévoles ne peuvent pas non plus se charger de tous les jobs. Il faut défragmenter ceux-ci en plusieurs tâches, dont certaines peuvent être assurées par des bénévoles. Les bénévoles ne peuvent pas davantage constituer une menace pour les membres du personnel. Cela relève d’un choix délibéré de confier certaines tâches à des bénévoles.”
 
Ne pas voir trop grand au début
“Attirer des bénévoles doit se faire progressivement. Les bénévoles sont avant tout fidèles à leur tâche, pas tant à une organisation. Peu de personnes auront tendance à s’engager comme bénévole, mais elles seront prêtes à commencer par une tâche limitée. Si celle-ci apporte la satisfaction recherchée, il y a de fortes chances que d’autres tâches en découlent.”
 
Motivation permanente
“Avant, l’engagement était différent: une fois un bénévole recruté, il s’engageait pour une très longue période. Ce temps est révolu: les bénévoles doivent être motivés en permanence, au moins tous les trois mois. Il s’agit aussi bien d’une motivation intrinsèque de la personne, que d’une motivation au niveau de l’organisation.”
 
Bol d’air pour le personnel
“Les bénévoles, ça se mérite. Une organisation n’a qu’une seule chance pour les engager, car en fonction de leur expérience, ils décident ou non de rester. Dans la ‘bataille’ pour des bénévoles, les organismes de soins devront dès lors bien réfléchir à la manière de donner forme à leur politique du bénévolat. S’ils s’y prennent correctement, ils peuvent créer un bénévolat qui travaille de manière flanquée pour atteindre les objectifs de l’organisme. Avec une politique du bénévolat claire et bien organisée, les collaborateurs bénéficieront d’office d’un bol d’air,” conclut Koen Vermeulen.
 
Infos: www.vrijwilligerswerkwerkt.be
 

Tags:

Je houdt waarschijnlijk ook van

Geef een reactie