Typ om te zoeken

Geen onderdeel van een categorie

Comment détecter les signes précurseurs de la démence ?

Delen

Le diagnostic est posé à l’apparition des premiers signes. « Le cas typique est un couple âgé, le malade, qui ne se rend pas compte de son problème, et son conjoint, énervé, fatigué. Il faut procéder à quatre examens : le clinique, une prise de sang approfondie, un électro-encéphalogramme et un scanner, voire une rmn, et un examen neuropsychologie, mené par un neurologue. Le plus difficile est de poser un diagnostic différentiel : une personne déprimée, cas fréquent chez les personnes âgées, ne se sent plus concernée par rien. De même, un problème de thyroïde peut entraîner une pseudo-démence qui se guérit –la prise de sang le met en exergue. »
Le traitement
« Les traitements diminuent les symptômes mais n’agissent pas sur le cours naturel de la maladie. Ils retardent d’un an environ le placement de la personne. C’est un gain pour elle mais aussi pour la société car la démence a un coût plus élevé au niveau européen que le budget fédéral de la Belgique. Elle coûte même plus cher que le cancer. Le traitement rend le patient plus alter, plus interactif. En fonction des carences décelées dans la prise de sang, on peut administrer des adjuvants utiles, comme les vitamines B. Le traitement retard aussi le moment où le patient confond jour et nuit. Quand il y a inversion veille-sommeil, il faut protéger le conjoint et envisager un placement. Les somnifères ? Oui, mais ils ne sont pas toujours efficaces. »
Les cellules-souches constituent-elles une source d’espoir ? « Il y a dix ans, j’aurais répondu peut-être. Maintenant, sans doute que non. On en trouve dans le cerveau mais elles n’opèrent pas de recrutement en cas de lésion. Par exemple, les cellules-souches du foie se réveillent et permettent à l’organe de refonctionner. Pas dans le cerveau. Les tests réalisés sur les animaux nous permettent d’y voir un peu plus clair. Nous manipulons le cerveau des animaux mais sans amélioration formelle. Cependant, dans le cas de lésions aigües, comme une thrombose, il est possible de maintenir les cellules par des traitements neuro protecteurs. »
Le mode de vie
Un mode de vie sain permet de prévenir la démence vasculaire, qui représente 25% des cas, a priori, il n’a pas d’impact sur la maladie d’Alzheimer. « Il y a beaucoup d’études mais ce n’est pas parce qu’il y a des coïncidences qu’il y a des effets. Aucun comportement ne protège d’Alzheimer. »
Les symptômes
Une précision : ils doivent s’étendre sur une certaine durée avant d’être pris au sérieux. Tout le monde peut oublier quelque chose, être fatigué…
Difficulté d’effectuer des tâches quotidiennes. Par exemple préparer à manger puis oublier de servir.
Perte de maîtrise du langage, appauvrissement de celui-ci. On remplace le bon mot par « chose », « truc », etc.
Mauvaise estimation d’une situation : on s’habille chaudement en plein été.
Perte du sens de l’orientation.
Incapacité à penser de manière abstraite. A quoi sert l’argent ?
Changements d’humeur et de personnalité
Déplacement incongru d’objets. On place le journal dans la machine à lessiver…
Manque de tonus : on reste dans son fauteuil et on fuit les contacts sociaux.
 

Tags:

Je houdt waarschijnlijk ook van

Geef een reactie