Typ om te zoeken

Geen onderdeel van een categorie

De Vlietoever: entreprendre tout en proposant des soins de grande qualité

Delen

« Nous avons connu plusieurs années très difficiles, » indique le directeur et administrateur Joost Ham. « En 1999, ma femme, qui n’était alors âgée que de 27 ans et qui travaillait en tant qu’infirmière, a pris l’initiative de racheter De Vlietoever. Moi, je travaillais en tant que kinésithérapeute indépendant. Il s’agissait surtout de bien s’organiser. Nous avons dû accomplir des tâches très diverses: peindre les chambres, acheter du mobilier, s’occuper de l’administration des salaires, embaucher de nouveaux collaborateurs, faire des services de nuit, etc. D’un point de vue financier, le rachat nous a créé pas mal de difficultés: nous y avons investi nos dernières économies, tandis que la plupart des banques n’étaient pas vraiment enthousiastes quant à l’idée d’investir. Nous avons réinvesti tout l’argent que nous touchions. Mais le fait de collaborer à un tel projet permet bien évidemment de créer le sentiment d’appartenir à la même famille: tous les collaborateurs se sentaient très concernés et étaient prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes. »
Professionnalisation
« En 2003, nous avons construit un nouveau bâtiment de remplacement disposant notamment d’une nouvelle cuisine, d’une salle de kinésithérapie, d’un espace de vie commun et de 23 nouvelles chambres. Quelques années plus tard, une programmation a été créée pour 48 chambres résidentielles. Les travaux de construction et de rénovation de 2011 nous ont permis d’augmenter notre capacité jusqu’à 81 résidents. Nous avons également réalisé un service de soins qui est aménagé de manière conviviale et qui dispose d’une cuisine, d’un living et d’un poste d’infirmerie. Il est également important de signaler que du personnel est présent 24 heures sur 24 dans ce service fermé. En parallèle à la croissance du Vlietoever, il était également nécessaire d’attirer de nouveaux collaborateurs et plus d’expertise. A cet égard, il faut souligner que l’arrivée d’un coordinateur de soins, de deux infirmiers en chef et d’un responsable de projet était d’une grande importance. Ainsi, le coordinateur de soins assume maintenant de nombreuses responsabilités et tâches que j’avais l’habitude d’accomplir moi-même, ce qui me permet d’avoir plus de temps pour m’occuper d’autres choses. Plusieurs groupes de travail, consacrés à l’alimentation, au diabète, à la prévention des chutes et à la démence, permettent de renforcer notre organisation grâce notamment à la formation continue. Une professionnalisation est également réalisée au niveau informatique. Pour ce qui est du dossier de soins électronique, il faut savoir que nous étions un des pionniers dans le secteur. Mesurer c’est savoir : les données issues de logiciels analytiques nous permettent de fournir des indicateurs que nous pouvons intégrer dans notre politique. Grâce au benchmarking avec d’autres institutions, nous pouvons également donner de nouvelles impulsions à notre organisation. »
Rendement
« L’augmentation du nombre de résidents nous permet également d’obtenir un meilleur rendement. 80 résidents, cela constitue déjà une différence importante et dans l’idéal, 120 résidents serait encore mieux. Nous comptons déjà de nombreux résidents nécessitant des soins et recensons également une augmentation du nombre de personnes atteintes de démence. Cela a bien évidemment des répercussions pour les formations et les recyclages. De toute manière, les résidents occupent chez nous une place centrale. Outre les différentes activités et animations – visite au marché, activités de cuisine, art floral, chant et danse, etc.- il est pour nous également très important de pouvoir disposer de notre propre cuisine ainsi que de notre propre ligne chaude. D’un point de vue économique, cela n’est certainement pas évident, mais nous optons pour la qualité et cela est largement apprécié par nos résidents. Ce sont parfois les petites choses qui font la différence: ainsi, chaque résident dispose de sa propre boîte aux lettres. »
Partenariats
« Comme je l’ai déjà indiqué, nous voulons réaliser un maximum d’activités en gestion propre, mais, dans certains domaines, nous avons tout intérêt à opter pour un partenariat avec des collègues. Ainsi, nous sommes par exemple membres de Co-Opera, une association d’achat pour les hôpitaux et les maisons de repos. Outre les réductions dont nous bénéficions pour les achats communs, le benchmarking interne du processus d’achat, des services et du soutien est producteur de valeur ajoutée. Je me concerte également tous les mois avec trois collègues pour étudier la législation et les règlements qui existent en la matière. Cette concertation a également pour but d’échanger des informations et de se soutenir mutuellement. » .
Points névralgiques
« Outre toute une série d’avantages, une organisation comme la nôtre est également confrontée à un certain nombre de points névralgiques. En tant que directeur/administrateur, vous devez non seulement tenir compte du reste de votre travail, mais également des nombreuses législations et réglementations. Il n’est pas toujours aisé d’y consacrer suffisamment de temps. Un autre point névralgique, c’est le fait que nous ne pouvions bénéficier de subsides pour nos animations, étant donné que nous sommes une société, alors que les asbl peuvent quant à elles en bénéficier. Un dernier petit point épineux est le fait que, comme nous sommes une petite organisation, nous devons toujours être disponibles : nos périodes de congés sont donc toujours très courtes. »
Projet de construction nouvelle
« Avant le rachat, De Vlietoever ne jouissait pas vraiment d’une bonne réputation, mais la situation s’est depuis nettement améliorée, grâce notamment aux efforts et au dévouement de tous nos collaborateurs. La communication ouverte, la structure horizontale à lignes courtes et l’ambiance familiale nous permettent d’être une organisation attrayante pour les (nouveaux) collaborateurs. Notre excellente réputation nous assure une certaine publicité et grâce à elle, il y a maintenant même déjà une liste d’attente pour les résidents. Nous avons par ailleurs encore énormément de plans et de projets. Pour les années à venir, nous prévoyons notamment la création de 120 nouveaux lits à Ruisbroek. Pour nous, ce projet est une opportunité qui doit nous permettre d’encore grandir et d’améliorer l’efficacité de l’organisation. Par ailleurs, ce nouveau bâtiment à Ruisbroek ne sera éloigné que de quelques kilomètres du Vlietoever de sorte que nous puissions également bénéficier de nombreux avantages au niveau logistique. Le nouveau projet propose notamment des soins à domicile et des logements à assistance qui sont reliés au centre de services de soins et de logement et à une école primaire qui se trouve tout près. Quelle que soit la façon dont notre organisation continue à grandir, notre point de départ sera toujours le même: l’enthousiasme et le dévouement pour les soins occuperont toujours une place centrale, » conclut Joost Ham.

Geef een reactie