Typ om te zoeken

Geen onderdeel van een categorie

Klim Op: chercher le problème et œuvrer au rétablissement

Delen

“Les enfants – aussi bien les bambins que ceux issus de l’enseignement primaire et secondaire – viennent toujours en ayant été envoyés vers nous. Ce n’est possible que lorsque toutes les aides disponibles au sein de l’école s’avèrent inefficaces. Peu après l’admission, les parents rencontrent l’assistante sociale pour un entretien. Cette entrevue initiale a pour but d’établir une anamnèse, depuis la grossesse jusqu’à l’âge actuel de l’enfant. Le problème auquel il est confronté est également abordé. Tous les facteurs de l’environnement de l’enfant susceptibles d’exercer une influence sur le problème soulevé sont inventoriés. La manière dont les parents, et éventuellement l’enfant lui-même, vivent le problème, est également évoquée. Les parents sont ensuite informés au sujet du fonctionnement du centre et du temps d’attente”.
 

L’importance d’un diagnostic correct

“Après l’entrevue initiale, nous nous efforçons de collecter toutes les informations possibles sur le problème de l’enfant, en collaboration avec le CLB (Centre chargé de l’encadrement des écoliers en Flandre), le médecin traitant et/ou d’autres instances qui ont déjà examiné l’enfant auparavant. Chez nous, l’enfant est examiné de façon approfondie par le médecin spécialiste, le psychologue et des thérapeutes spécialisés. Une fois que les examens prévus sont terminés, les examinateurs en rassemblent les résultats. Cette concertation débouche sur un diagnostic, ou en cas de doute, sur une hypothèse qui doit être explorée plus en détails. Au bout du compte, les parents sont informés en long et en large au sujet des conclusions de l’équipe et d’une éventuelle proposition de traitement multidisciplinaire. Si les parents le souhaitent, nous affinons ensuite le plan de traitement. Nous avons une convention de collaboration avec l’INAMI, grâce à laquelle tant les examens que le traitement sont remboursés par l’assurance-maladie”.
 

Les traitements évoluent

Heidi Pollier a constaté une évolution des traitements au cours des dernières années, due essentiellement à un changement du type de public. “Les problématiques deviennent plus graves et plus complexes. Les parents sont plus conscients que par le passé des éventuels troubles du développement de leur enfant. Souvent, ils pensent cependant trop vite que l’enfant présente un trouble grave du développement, et il n’est pas rare que cela se fasse sous l’influence des médias (sociaux). C’est la raison pour laquelle nous attachons beaucoup d’importance à un diagnostic correct et unanime, sur la base d’un examen multidisciplinaire standardisé. Après une appréciation du CLB et un examen multidisciplinaire interne, 70% des enfants entrent en ligne de compte pour une revalidation multidisciplinaire. Le renvoi vers un thérapeute privé ou vers une seconde appréciation peut constituer une autre étape”.
 

Un traitement interdisciplinaire

“Nous comptons environ 25 collaborateurs, parmi lesquels un neurologue pédiatrique, deux médecins spécialisés en revalidation, un médecin nez-gorge-oreilles, des psychologues, une assistante sociale, des kinésithérapeutes et d’autres paramédicaux. En fonction du problème, l’enfant est traité par différents thérapeutes spécialisés. Le médecin spécialiste suit également l’enfant durant toute la période du traitement. Les parents sont en outre très étroitement impliqués dans les traitements, tandis que la concertation avec l’école et le CLB est régulière. Des formations spécifiques sont en outre organisées chaque année pour les parents. Nous avons différentes conventions de collaboration, notamment avec le Centrum voor Geestelijke Gezondheidszorg (Centre de soins de santé mentale) dans le cadre d’une politique familiale globale, comme par exemple en cas de divorce ou de deuil”.
 

Les listes d’attente

“La plupart des enfants viennent du Meetjesland. Par semaine, entre 190 et 200 traitements sont réalisés. Bien que la Flandre orientale soit bien couverte au niveau du nombre de centres de revalidation, chez nous aussi, il est question d’une liste d’attente de plus de 100 enfants. Ceux qui ont déjà été examinés en externe doivent tenir compte d’une liste d’attente de quatre à cinq mois. Les personnes qui se présentent pour la première fois doivent encore faire preuve de patience pendant neuf à dix mois avant le début de leur traitement. Pour les parents comme pour l’enfant, il s’agit certainement d’un problème fondamental”.
 

Un costume sur mesure en fonction du traitement

DSC_0033_1024Klim Op est établi depuis 2001 dans l’ancien complexe Stassano, en plein cœur d’Eeklo. Heidi Pollier est encore toujours enthousiaste au sujet du projet de l’architecte Stéphane Beel, qui sied comme un costume taillé sur mesure au concept de traitement de Klim Op. “En première instance, une transformation de l’ancienne laiterie en bureau pour les Mutualités chrétiennes d’Eeklo a été réalisée, et par la suite, c’est notre centre de revalidation qui a été construit. L’organisation du bâtiment est axée sur le parcours que les enfants en revalidation doivent suivre dans le centre. Via un îlot d’accueil, on se rend le long des bureaux vers une série de pièces fermées dédiées aux thérapies. Au centre se trouve un escalier rouge, qui n’est pas seulement un espace de circulation, mais qui est également muni de grandes niches dans lesquelles sont aménagées différents espaces de jeu et d’attente”.
 

Vers une nouvelle convention

“Avec l’entrée en fonction du nouveau gouvernement flamand, le secteur de la revalidation ressort désormais de l’Agentschap Zorg en Gezondheid (Agence Soins et Santé), dont dépendent notamment aussi les centres de santé mentale. La Fédération flamande des centres de revalidation en ambulatoire a pour ambition de conclure d’ici 2017 une convention avec le ministre flamand responsable, dans laquelle nous voulons mettre l’accent sur l’importance du travail sur mesure et sur la réponse à apporter aux besoins spécifiques des enfants et des jeunes en matière de revalidation”, conclut Heidi Pollier.
 

Klim Op en un coup d’œil

 
Centre d’examen et de traitement pour enfants de 2 à 18 ans atteints de troubles complexes du comportement
25 collaborateurs
200 traitements par semaine
Fait partie, avec De Springplank (Lede) et De Locomotief (Ninove), de l’asbl Medische Sociale Instellingen Midden-Vlaanderen
 

Tags:

Je houdt waarschijnlijk ook van

Geef een reactie