Typ om te zoeken

Geen onderdeel van een categorie

Les banques plus frileuses dans l'octroi de crédits à 30 ans en raison de Bâle III

Delen

A quels critères les hôpitaux doivent-ils répondre pour entrer en ligne de compte pour un financement à long terme (de 20 à 25 ans)?
 
Katleen Thonon: “Lorsque nous analysons une demande de crédit pour un hôpital, nous tenons compte d’une série de facteurs qualitatifs et quantitatifs. Nous sommes toujours prêts à discuter de ces critères sur le fond avec un hôpital. Il s’agit notamment d’éléments qualitatifs qui ressortent d‘une analyse Management & Business. Sont entre autres abordés dans ce cadre, la vision que le management a de l’avenir, la collaboration avec les autres hôpitaux, l’entente avec les médecins, la qualité et le timing du rapportage interne et externe, etc. Les éléments quantitatifs ont trait  à la performance des données d’activité, ETP/lits justifiés, à l’évolution des lits justifiés, etc. Les éléments quantitatifs peuvent aussi résulter de l’analyse financière, au cours de laquelle il est notamment question de ratios et de solvabilité.”
 
La plupart des hôpitaux sont-ils “monobancaires” ou collaborent-ils avec plusieurs banques pour accéder à leur financement, dans la perspective d’étaler le risque ?
 
Katleen Thonon: “Les hôpitaux travaillent le plus souvent avec plusieurs banques. Cela leur permet d’entretenir des contacts avec différentes banques et d’avoir un aperçu des tarifs et des solutions qui sont proposés par les différentes banques, tout en étalant le risque. Selon moi, ce sont les principaux avantages d’une collaboration multibancaire. Les projets hospitaliers ont d’ailleurs trouvé suffisamment de financements jusqu’à présent. Souvent, l’offre était même supérieure au besoin réel de fonds.”
 
Vous retrouvez-vous dans ce propos : “Les conditions plus sévères des banques mettent une pression supplémentaire sur les performances et la rentabilité des hôpitaux”?
 
Katleen Thonon: “Nous constatons surtout une professionnalisation croissante dans les hôpitaux, en raison de la complexité du secteur, qui s’accroît également. Etant donné que les hôpitaux sont confrontés aujourd’hui à de nombreux défis, notamment afin de maintenir leurs budgets en équilibre en cette période difficile de réduction des subsides publics, de maitriser leurs coûts, de réaliser les investissements nécessaires et d’assurer un suivi correct, cette professionnalisation est également nécessaire pour garantir la pérennité des structures hospitalières.”
 
Quel est l’impact de Bâle III sur l’octroi de crédits par les banques ?
 
Katleen Thonon: “Bâle III a eu pour effet que les banques ont limité les crédits sur 30 ans et plus. Cette durée résulte du fait que certaines aides fédérales à l’infrastructure sont versées aux hôpitaux sur 33 ans. Etant donné que la plupart des crédits sont à présent accordés pour maximum 20 ans, le montant des subsides et le remboursement du crédit ne correspondent plus tout à fait. Ceci affecte la capacité de remboursement d’un hôpital. On peut de toute façon se demander si un crédit à 30 ans correspond vraiment à la durée de vie économique effective d‘un bien immobilier. Sans oublier qu’en Flandre les subsides VIPA sont versés sur 20 ans et que ce financement a toujours été disponible jusqu’à présent ; ceci ne devrait donc pas influencer la performance et la rentabilité.”
 
Sur quelle valeur ajoutée un hôpital peut-il compter de la part de votre établissement bancaire ?
 
Katleen Thonon: “Nous disposons d’une équipe de gestionnaires des relations spécialisés qui possèdent tous une expertise en matière de financement hospitalier. Etant donné que notre organisation est centralisée, depuis Bruxelles, nous avons une bonne vision de l’évolution du secteur hospitalier et de celui des soins de santé dans toute la Belgique, tout en étant proches du client parce que nos rendez-vous se tiennent toujours chez celui-ci. Le secteur hospitalier est en pleine évolution et s’apprête à relever d’importants défis. Nous sommes volontiers aux côtés de nos clients et du secteur pour réfléchir ensemble et élaborer des solutions innovantes, afin que les hôpitaux puissent gérer les moyens disponibles de manière optimale.”
 

Tags:

Je houdt waarschijnlijk ook van

Geef een reactie