Typ om te zoeken

Geen onderdeel van een categorie

Quatre hôpitaux flamands sur dix sont dans le rouge

Delen

La taille d’un hôpital – petits hôpitaux contre grands hôpitaux – influence-t-elle les chiffres des bénéfices/pertes?

Ludo Splingaer: “Les résultats – bénéfices ou pertes – sont plutôt déterminés par d’autres facteurs que ceux liés simplement à la taille de l’établissement. Ce sont surtout la nature et les volumes des pathologies qui sont traitées dans un hôpital qui jouent un rôle. Il est plus facile de créer une marge bénéficiaire positive en traitant des pathologies fréquentes qui demandent peu d’investissements supplémentaires au nouveau de l’appareillage, de l’infrastructure et du personnel – par exemple des interventions orthopédiques mineures – qu’en traitant des pathologies rares – comme des transplantations – qui exigent un encadrement important. La présence ou non de services médico-techniques et le contenu des accords en matière de contributions aux honoraires sont bien entendu aussi des facteurs cruciaux.”

Les hôpitaux universitaires se portent financièrement mieux que les hôpitaux généraux. Comment cela s’explique-t-il?

Ludo Splingaer: “L’étude Belfius MAHA de 2012 montre en effet que le résultat ‘moyen’ des hôpitaux universitaires, soit un bénéfice de 3,8% sur le chiffre d’affaires, est deux fois supérieur à celui des hôpitaux privés (1,9%) et quatre fois supérieur à celui des hôpitaux publics en Belgique. Outre les avantages des économies d’échelle, c’est certainement aussi dû au fait qu’un financement distinct a été prévu via le volet B7 du Budget des moyens financiers. Ces hôpitaux ont souvent aussi des participations dans des entreprises spinoff, et leurs médecins et collaborateurs sont parfois moins bien rémunérés que dans les hôpitaux privés. Enfin, les hôpitaux universitaires facturent souvent des suppléments de chambres supérieurs, selon le baromètre des MC.”

Les hôpitaux ont déjà réalisé de nombreuses économies ces dernières années: est-il encore possible d’économiser davantage?

Ludo Splingaer: “Malgré les mesures d’économie prises en interne – qui sont notamment la conséquence des économies décidées par les autorités – le résultat moyen continue à tendre vers le zéro: quatre hôpitaux sur dix affichent même des résultats négatifs et se voient contraints de réduire leurs investissements et leurs frais de personnel. Cette donnée est néfaste pour la qualité et la diversité du service à long terme. C’est la raison pour laquelle les structures faîtières des hôpitaux sonnent l’alarme.”

Quelles mesures concrètes le secteur et les pouvoirs publics doivent-ils prendre pour améliorer la position financière des hôpitaux?

Ludo Splingaer: “Différentes propositions ont déjà été formulées à ce sujet par le passé. Les hôpitaux sont confrontés à énormément d’obligations d’enregistrements, qui ne sont pas pleinement exploitées par les pouvoirs publics. C’est le cas notamment du registre des données psychiatriques minimales. En outre, les hôpitaux sont confrontés à des obligations supplémentaires qui n’existaient pas auparavant: TVA, marchés publics, accréditations, … En soi, nous ne pouvons rien y faire, mais aucun financement supplémentaire n’est prévu pour ces tâches. De ce fait, le fossé entre les coûts et les bénéfices ne cesse de se creuser. En lieu et place du financement actuel des complications au sein du financement des DRG, il faudrait davantage valoriser les initiatives visant à soutenir la qualité. Des investissements importants, par exemples dans les systèmes IT, pourraient être proposés au niveau national, afin de réaliser des économies d’échelle. Enfin, il est temps de mettre un terme à la tendance contradictoire d’une assurance-maladie qui se désengage et d’une limitation des possibilités d’imputation aux patients eux-mêmes. Cela entraîne une charge supplémentaire pour le Budget des moyens financiers, qui est déjà structurellement sous-financé. Les pouvoirs publics ne financent pas suffisamment les normes qu’elles ont elles-mêmes fixées. Un assouplissement des normes (de reconnaissance) pourrait réduire cette charge.”

Tags:

Je houdt waarschijnlijk ook van

Geef een reactie